Sélectionner une page

SANAGI  Dōjō

La pratique du sabre japonais

Les horaires

Ils sont à respecter dans la mesure du possible. 
L’arrivée et l’intégration dans le cours doivent se faire avec délicatesse, respect et discrétion.

L’hygiène

Il est de la responsabilité de chacun de veiller à son hygiène afin de ne pas risquer d’incommoder les autres durant la pratique.
Pour la pratique, une tenue vestimentaire correcte s’impose.

Le rapport au sabre

Dans le dōjō, si le sabre doit être posé au sol, il doit l’être de façon précise. Le tranchant dirigé vers le centre du dōjō et non vers le mur. Le kissaki (la pointe du sabre), non dirigé vers le kamiza (autel des anciens).
Il ne faut pas manipuler le sabre de façon inconsidérée, pour des raisons de sécurité envers les autres.
Avant le début du cours, il est recommandé de vérifier le bon état de son sabre et notamment la présence et le bon état du mekugi (goupille retenant le sabre dans la tsuka, poignée du sabre). De même, vérifier que la lame n’est pas ébréchée. Cela prendra seulement quelques secondes, mais garantira une sécurité optimale pour soi et les autres.

Le salut d’entrée et de sortie

Le dōjō est traditionnelement le lieu consacré à la pratique des budō ou à la méditation bouddhiste zen. Dō signifie la voie, le dōjō est le lieu où l’on étudie la voie.
L’entrée, comme la sortie d’un dōjō, est toujours accompagnée d’un salut au dōjō. Ce lieu n’est pas un endroit anodin, mais un lieu de recherche d’évolution personnelle. C’est un endroit sacré, non dans le sens religieux du terme, mais parce que le pratiquant y vient étudier une progression personnelle en tant qu’être humain, qui nécessite une conscience élevée de chaque geste et attitude.

Les déplacements

Les déplacements dans le dōjō doivent se faire avec retenue et conscience des autres, par respect, et pour des raisons de sécurité. Passer entre 2 personnes nécessite beaucoup d’attention et l’assurance que les personnes en question ont vu ou senti le déplacement (un sabre manipulé par quelqu’un qui ne vous voit pas ou que vous ne voyez pas est dangereux !).

Le placement

Lors du salut, chaque pratiquant se place par ordre d’ancienneté dans le dōjō.

L’étiquette

En début de cours

L’étiquette se fait dans cet ordre :
– salut au kamiza (place honorifique) ; ce salut est envers les anciens qui ont transmis la connaissance ;
– assise en seiza (chakuza) ;
– mokusō ;
– salut à l’enseignant ;
– hajime no torei / salut au sabre et mise en place dans le obi.

En fin de cours

– owari no torei / salut au sabre ;
– mokusō ;
– salut à l’enseignant ;
– kiritsu : lever ;
– salut au kamiza.

Mokuso

Le mokusō, littéralement taire ses pensées, est un moment de méditation active, c.-à-d. que le corps est immobile, mais que l’esprit doit être pleinement conscient de ce qui l’environne, en ne s’accrochant à rien de particulier, en état d’écoute totale, de vigilance. Ce n’est pas de la méditation relaxante, bien que le corps, tout en étant érigé, doit être détendu au maximum.

Relation entre pratiquants

L’attention envers un autre pratiquant, quel que soit son niveau de réalisation, se doit d’être respectueuse et bienveillante ; chacun vient étudier dans la mesure de ses capacités.

Relation entre pratiquants et enseignants

Il doit en aller de même, entre pratiquants et enseignants.
Les enseignants doivent respecter les élèves pour leur démarche d’étudiant et les efforts qu’ils produisent pour apprendre, même s’ils ont des difficultés.
Certaines personnes sont douées, d’autres moins. Il arrive de constater que certaines personnes parce qu’elles sont douées se dispensent de s’engager dans une vraie recherche… À contrario, on retrouvera bien souvent chez des pratiquants ayant de grandes difficultés, des personnes très assidues et très engagées.
Les élèves, quant à eux, doivent tenir en estime la connaissance du professeur, pour le travail qu’il lui a fallu fournir pour l’acquérir, et sa recherche ainsi que son engagement dans sa pratique et son enseignement. Il est à noter que l’enseignant cherche constamment à comprendre comment un élève fonctionne et comment lui adapter au mieux son enseignement.

 

Lieux et horaires de la pratique

Le mardi de 19h00 à 21h00
et le mercredi de 19h30 à 21h00

La salle est revêtue d’un agréable parquet et le stationnement est 8possible dans l’enceinte de la salle.

L’enseignement du Dōjō Sanagi est basé avant tout sur le respect et le développement du corps, l’harmonisation de ses énergies pour une pratique sincère des techniques du Iaidō, le tout dans une ambiance studieuse et amicale. L’école officielle de rattachement est Musō Shinden Ryū, abordée après l’étude du Sete Iai, école fédérale.

Salle Ronsard

Angle Rue des Coteaux / 36 rue de l’Imbauderie

37380 Crotelles

06.13.31.24.68

Email

contact@iaido-tours.com